Monday, 17 January 2011

105 Ans Aujourd'hui - Merci Papa!

Tuesday, 11 January 2011

La Tirade du Nez

(Cyrano de Bergerac Acte 1, scène 4) écrit par Edmond Rostand en 1897


Cyrano, a swordsman, but also a poet, is insulted by a young nobleman, who refers to the size of his nose. This is his response!



Ah! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
En variant le ton, —par exemple, tenez :
Ah no! Young blade! That was a trifle short!
You might have said at least a hundred things…
By varying the tone. . .like this, suppose,. . .
Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur le champ que je me l'amputasse ! »
Aggressive: 'Sir, if I had such a nose
I'd amputate it immediately!'
Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »
Friendly: 'When you sup
It must annoy you, dipping in your cup;
You need a drinking-bowl of special shape!
Descriptif : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! »
Descriptive: ''Tis a rock!. . .a peak!. . .a cape!
--A cape, forsooth! 'Tis a peninsular!'
Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
Curious: 'How serves that oblong capsular?
For scissor-sheath? Or pot to hold your ink?
Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
Gracious: 'You love the little birds, I think?
I see you've managed with a fond research
To find their tiny claws a roomy perch!'
Truculent : « ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée? »
Truculent: 'When you smoke your pipe, I suppose
That the tobacco-smoke spouts from your nose--
Do not the neighbours, as the fumes rise higher,
Cry terror-struck: "The chimney is afire"?
Prévenant : « gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
Considerate: 'Take care,. . .your head bowed low
By such a weight. . .lest head o'er heels you go!'
Tendre : « faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
Tender: 'Pray get a small umbrella made,
Lest its bright colour in the sun should fade!”
Pédant : « l'animal seul, monsieur, qu'Aristophane
Appelle hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »
Pedantic: 'That beast Aristophanes names, Hippocamelelephantoles
Must have possessed just such a solid lump
Of flesh and bone, beneath his forehead's bump!'
Cavalier : « quoi, l'ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau c'est vraiment très commode ! »
Cavalier: 'The latest fashion, friend, that hook?
To hang your hat on? 'Tis a useful crook!'
Emphatique : « aucun vent ne peut, nez magistral,
T'enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
Emphatic: 'No wind, O majestic nose,
Can give THEE a cold!--save when the mistral blows!'
Dramatique : « c'est la Mer Rouge quand il saigne ! »
Dramatic: 'When it bleeds, what a Red Sea!'
Admiratif : « pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
Admiring: 'What a sign for a perfumery!'
Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
Lyric: 'Is this a conch?. . .a Triton you?'
Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
Simple: 'When is the monument on view?'
Respectueux : « souffrez, monsieur, qu'on vous salue,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue ! »
Respectful : 'Allow us, Sir, to salute you,
a man who stands out from the crowd, that’s you!'
Campagnard : « hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! »
Rustic: 'That thing a nose? Marry-come-up!
'Tis a dwarf pumpkin, or a prize turnip!'
Militaire : « pointez contre cavalerie ! »
Military: 'Point against cavalry!'
Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »
Practical: 'Put it in a lottery!
Assuredly 'twould be the biggest prize!'
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
Or. . .parodying Pyramus' sighs. . .
'Behold the nose that mars the harmony
Of its master's phiz! blushing its treachery!'
—Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit :
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !
--Such, my dear sir, is what you might have said,
Had you of wit or letters the least jot:
But, O most lamentable man!--of wit
You never had an atom, and of letters
You have three only!—and they spell Sot!
Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n'en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d'une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve.
And--had you had the necessary wit,
To serve me all the pleasantries I quote
Before this noble audience. . .e'en so,
You would not have been let to utter one--
Nay, not the half or quarter of such jest!
I take them from myself all in good part,
But not from any other man that breathes!'

The English translation came from here