Thursday, 15 December 2011

Frédo - Bernard Dimey



On l'connaît d'puis la communale
Le gars qu'est là sur la photo
A la première page du journal
Mais on l'reverra pas d'sitôt
Il a saigné deux vieilles mémères
Et buté trois flics, des costauds
Certain'ment sur un coup d'colère
Vu qu'il est pas méchant Frédo

We’ve known ‘im since primary school,
The guy on that photo there,
On the front page of the paper,
But we won’t be seeing ‘im again soon.
He spilled the blood of two old dears,
And knocked off three cops, strong'uns.
Without doubt in a fit of anger,
Seeing as ‘ow ‘e isn’t a bad’un, Frédo.

Il a pillé la Banque de France
Pour rendre service à des copains
Pour améliorer leurs finances
Faut bien qu'tout l'monde y gagne son pain
Y a deux trois employés d'la banque
Qu'ont pris d'la mitraille plein la peau
Bon dieu dans ces cas-là on s'planque
Mais c'est pas sa faute à Frédo

‘E ‘eld up the Bank of France,
As a favour for some mates of ‘is,
To improve their finances,
After all it’s everyone’s right to earn a living.
There were two or three bank workers
Who copped some slugs, peppered all over they were!
Good god in cases like that you disappear,
But it’s not ‘is fault, Frédo's.

Il a liquidé sa frangine
Une salope une rien du tout
Parce qu'il voulait plus qu'elle tapine
Elle a calanché sur le coup
Ca c'est des histoires de famille
Ca regarde pas l'populo
Et puis c'était jamais qu'une fille
A part ça l'est gentil Frédo

‘E topped ‘is sister,
A slut, a worthless piece of nothing,
Because ‘e didn’t want ‘er on the game no more.
She snuffed it from the blow.
That’s a family matter.
That’s nobody’s business.
And after all she was only a girl!
Apart from that ‘e’s a sweet boy, Frédo.

Il a vagu'ment fait du chantage
C'était plutôt pour rigoler
Pour avoir l'air d'être à la page
Mais les mômes qu'il a chouravés
C'était des p'tits morveux d'la haute
Qui bouffent du caviar au kilo
Tout pour les uns rien pour les autres
"C'est pas juste" y disait Frédo

‘E ‘ad a little go at blackmail,
It was just for fun really,
To show that ‘e was with it.
But the kids ‘e ripped off
Were snooty little snots,
Who stuff themselves with caviar by the kilo.
All for them and nix for the rest.
“It’s not right, that”, said Frédo.

Il a fait l'ramdam chez les Corses
Un soir qu'il avait picolé
Et comme y connaît pas sa force
Les autres ils ont pas rigolé
Raphaël a sorti son lingue
Bref tout l'monde s'est troué la peau
C'est vraiment une histoire de dingues
Vu qu'c'est tous des pôtes à Frédo

‘E started a ruckus at the Corsicans’
One evening when ‘e was pickled,
And since ‘e didn’t know ‘is own strength
It was no joke for the others.
Raphaël got out ‘is shiv,
In short ev’ryone got stuck full of ‘oles.
It’s a crazy story really,
Seeing as ‘ow they were all ‘is mates, Frédo’s.

L'histoire des deux voyous d'Pigalle
Qu'il a flingué d'un coeur léger
Moitié camés moitié pédales
Il fallait bien les corriger
Sinon peu à peu qu'est-ce qui s'passe ?
Un jour ça s'allonge aux perdreaux
Total qui c'est qui paie la casse ?
"C'est nos zigues" y disait Frédo

The tale of the two louts from Pigalle,
Who ‘e shot as a bit of ballistic therapy,
Half stoned, half queer,
They needed setting straight.
Otherwise, bit by bit, who knows what might happen?
Soon it’s spread to the young’uns
And who picks up the tab for all that,
“It’s us mugs” said Frédo.

Un coup d'pique-feu dans l'péritoine
Et Frédo s'est r'trouvé comme ça
Le cul sur l'faubourg Saint-Antoine
Qu'est c'qu'il foutait dans c'quartier-là ?
Bien sûr il s'est r'trouvé tout d'suite
Avec les poulets sur le dos
Maint'nant vous connaissez la suite
Vous l'avez lue dans les journaux


A poker in the belly And Frédo found ‘imself just like that,
On ‘is arse in the faubourg Saint-Antoine.
What the ‘ell was ‘e doing there?
Of course in a trice
‘E ‘ad the pigs on ‘is back,
And now you know the rest,
‘Cos you’ve read it in the papers.


Un garçon qu'avait tout pour faire
Impeccable mentalité
Délicat, correc' en affaires
Bref il avait qu'des qualités
Ca fait mal quand on l'imagine
En train d'basculer sous l'couteau
De leur salop'rie d'guillotine
Un mec aussi gentil qu'Frédo.


A lad who ‘ad everything still to do,
An impeccable attitude,
Tactful, straight in business deals,
When all's said and done ‘e ‘ad only good qualities.
It ‘urts to imagine ‘im
About to fall under the blade
Of that filthy guillotine.
A bloke as nice as Frédo.

Traduction libre par John et Christiane Preedy 2011

Bernard Dimey Wikipedia et son site internet

Les Frères Jacques

Monday, 17 January 2011

105 Ans Aujourd'hui - Merci Papa!

Tuesday, 11 January 2011

La Tirade du Nez

(Cyrano de Bergerac Acte 1, scène 4) écrit par Edmond Rostand en 1897


Cyrano, a swordsman, but also a poet, is insulted by a young nobleman, who refers to the size of his nose. This is his response!



Ah! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
En variant le ton, —par exemple, tenez :
Ah no! Young blade! That was a trifle short!
You might have said at least a hundred things…
By varying the tone. . .like this, suppose,. . .
Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur le champ que je me l'amputasse ! »
Aggressive: 'Sir, if I had such a nose
I'd amputate it immediately!'
Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »
Friendly: 'When you sup
It must annoy you, dipping in your cup;
You need a drinking-bowl of special shape!
Descriptif : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! »
Descriptive: ''Tis a rock!. . .a peak!. . .a cape!
--A cape, forsooth! 'Tis a peninsular!'
Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
Curious: 'How serves that oblong capsular?
For scissor-sheath? Or pot to hold your ink?
Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
Gracious: 'You love the little birds, I think?
I see you've managed with a fond research
To find their tiny claws a roomy perch!'
Truculent : « ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée? »
Truculent: 'When you smoke your pipe, I suppose
That the tobacco-smoke spouts from your nose--
Do not the neighbours, as the fumes rise higher,
Cry terror-struck: "The chimney is afire"?
Prévenant : « gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
Considerate: 'Take care,. . .your head bowed low
By such a weight. . .lest head o'er heels you go!'
Tendre : « faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
Tender: 'Pray get a small umbrella made,
Lest its bright colour in the sun should fade!”
Pédant : « l'animal seul, monsieur, qu'Aristophane
Appelle hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »
Pedantic: 'That beast Aristophanes names, Hippocamelelephantoles
Must have possessed just such a solid lump
Of flesh and bone, beneath his forehead's bump!'
Cavalier : « quoi, l'ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau c'est vraiment très commode ! »
Cavalier: 'The latest fashion, friend, that hook?
To hang your hat on? 'Tis a useful crook!'
Emphatique : « aucun vent ne peut, nez magistral,
T'enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
Emphatic: 'No wind, O majestic nose,
Can give THEE a cold!--save when the mistral blows!'
Dramatique : « c'est la Mer Rouge quand il saigne ! »
Dramatic: 'When it bleeds, what a Red Sea!'
Admiratif : « pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
Admiring: 'What a sign for a perfumery!'
Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
Lyric: 'Is this a conch?. . .a Triton you?'
Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
Simple: 'When is the monument on view?'
Respectueux : « souffrez, monsieur, qu'on vous salue,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue ! »
Respectful : 'Allow us, Sir, to salute you,
a man who stands out from the crowd, that’s you!'
Campagnard : « hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! »
Rustic: 'That thing a nose? Marry-come-up!
'Tis a dwarf pumpkin, or a prize turnip!'
Militaire : « pointez contre cavalerie ! »
Military: 'Point against cavalry!'
Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »
Practical: 'Put it in a lottery!
Assuredly 'twould be the biggest prize!'
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
Or. . .parodying Pyramus' sighs. . .
'Behold the nose that mars the harmony
Of its master's phiz! blushing its treachery!'
—Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit :
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !
--Such, my dear sir, is what you might have said,
Had you of wit or letters the least jot:
But, O most lamentable man!--of wit
You never had an atom, and of letters
You have three only!—and they spell Sot!
Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n'en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d'une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve.
And--had you had the necessary wit,
To serve me all the pleasantries I quote
Before this noble audience. . .e'en so,
You would not have been let to utter one--
Nay, not the half or quarter of such jest!
I take them from myself all in good part,
But not from any other man that breathes!'

The English translation came from here